Afin de mieux vous servir et d’améliorer l’expérience utilisateur sur notre site, nous mesurons son audience grâce à une solution utilisant la technologie des cookies. Les données collectées permettent de fournir uniquement des données statistiques anonymes de fréquentation (le nombre de pages vues, le nombre de visites, leur fréquence de retour, ...). En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l’utilisation des cookies de mesure d’audience. Si vous souhaitez refuser les cookies et les paramétrer, cliquer sur « En savoir plus »

Choisissez votre profil

  • Je suis un particulier
  • Je suis un entrepreneur
  • Je suis un institutionnel
Non, merci

16 DÉC. 2016 Fed : le cycle de hausse est enclenché. Entre confirmations et opportunités

Comme attendu, la Fed a remonté ses taux directeurs de 25 points de base. La surprise vient d’une anticipation d’un resserrement monétaire plus soutenu en 2017. La Fed envisage maintenant trois hausses de taux contre encore deux en septembre dernier.

Les marchés se sont instantanément ajustés avec une remontée des rendements souverains américains (~ +10 pb sur toute la courbe des taux) et un renforcement du dollar (+1%). La lecture prudente sur les actions (S&P 500 -0,8% ; Dow Jones -0,6%) provient, selon nous, d’une révision marginalement haussière des projections de croissance PIB (+0,1%) ne semblant donc pas intégrer d’éventuels effets positifs liés aux mesures de Trump.

Quels impacts sur nos anticipations ?

1. Au-delà de la volatilité de court terme, la réunion de la Fed nous conforte dans certaines de nos attentes :

  • confirmation de notre vision de trois hausses des taux l’année prochaine (juin, septembre, décembre). Nous ne voyons pas la Fed relever à nouveau ses taux avant d’avoir une vision plus claire sur la politique de Trump. D’où l’absence de nouveau mouvement avant juin.
  • poursuite de la remontée des taux longs aux US et en Europe. Fin 2017 : taux 10 ans US : 3,1% et taux 10 ans allemand : 0,9%
  • poursuite du renforcement du dollar. €/$ à 1 attendu courant S1 2017

2. Pas de remise en cause de nos vues sur les actions en 2017

  • vision positive sur les actions américaines
  • volonté de revenir sur les pays émergents, toujours de façon sélective : Russie, Brésil et Mexique (sauf en cas de protectionnisme marqué de Trump)
  • prudence, en relatif, sur les actions européennes. Avec une préférence pour la Scandinavie (pétrole, protection contre le risque politique et ouverture à l’international). Les banques et l’Assurance continueront à bénéficier de la hausse des taux.

Les principales échéances sont derrières nous (élections US, référendum italien, BCE, Fed). Les marchés actions ne devraient donc pas prendre de directions fortes d’ici à l’investiture de Trump (20 janvier). Tout accès de faiblesse sur les actions américaines et les émergents pourra être mis à profit pour jouer la croyance dans les effets positifs des mesures pro-cycliques de relance budgétaire (baisse des impôts et investissements dans les infrastructures).

La communication de la Fed restera l’une des principales sources de volatilité sur 2017. Les projections de la Fed sur la croissance risquent, comme lors de la réunion d’hier, d’être en retard par rapport à la lecture des marchés (la Fed ne fait pas d’hypothèses avant que les mesures ne soient mises en place). Par ailleurs, 4 membres votants pourraient être remplacés dans les 2 ans qui viennent (dont Yellen dont le mandat se termine en février 2018). Les nouvelles nominations pourraient perturber la lecture de la politique monétaire de la Fed.

Rédigé le 15 décembre 2016