Afin de mieux vous servir et d’améliorer l’expérience utilisateur sur notre site, nous mesurons son audience grâce à une solution utilisant la technologie des cookies. Les données collectées permettent de fournir uniquement des données statistiques anonymes de fréquentation (le nombre de pages vues, le nombre de visites, leur fréquence de retour, ...). En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l’utilisation des cookies de mesure d’audience. Si vous souhaitez refuser les cookies et les paramétrer, cliquer sur « En savoir plus »

Choisissez votre profil

  • Je suis un particulier
  • Je suis un entrepreneur
  • Je suis un institutionnel
Non, merci

4 NOV. 2016 Élections US : les gérants américains se concentrent sur les fondamentaux

Jamais une campagne présidentielle outre-Atlantique n’avait été aussi éloignée des fondamentaux économiques et politiques. Entre diffamations et scandales, les programmes des deux candidats, et plus encore leurs conséquences pour les États-Unis mais aussi sur le reste du monde, sont les grands absents des débats. Alors, forts des quelques exégèses publiées par la presse, comment les gestionnaires d’actifs américains appréhendent-ils l’élection présidentielle ?

Pôle d’expertise sur l’architecture ouverte et la sélection de fonds externes du Groupe Natixis, VEGA Investment Managers a une relation ancienne et étroite avec de très nombreuses sociétés de gestion américaines et leur perception de l’événement est pour le moins étonnante.

Sans être un « no event », ces élections semblent assez éloignées de leurs préoccupations quotidiennes, toujours centrées sur la seule sélection des titres. C’est un effet secondaire du Brexit ! Une fois encore en juin dernier en Grande-Bretagne, les sondeurs ont exposé au monde la fragile fiabilité de leurs prédictions. Les gestionnaires américains affichent leur volonté de se focaliser sur les fondamentaux des entreprises, bien plus que sur les probabilités de réaction des marchés financiers à tel ou tel résultat. Construire un portefeuille en fonction d’une victoire d’Hillary Clinton ou Donald Trump revient, ni plus ni moins, à «parier au casino », comme l’a expliqué un gérant growth : «cela ne fait pas parti du job, nous construisons un portefeuille sur du factuel, donc sur un horizon plus long qu’un sondage ou une élection».

Santé, industrie, finance…Quels secteurs sont sous influence électorale ?

Retrouver l’intégralité de l’article sur le site de VEGA Investment Managers