Afin de mieux vous servir et d’améliorer l’expérience utilisateur sur notre site, nous mesurons son audience grâce à une solution utilisant la technologie des cookies. Les données collectées permettent de fournir uniquement des données statistiques anonymes de fréquentation (le nombre de pages vues, le nombre de visites, leur fréquence de retour, ...). En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l’utilisation des cookies de mesure d’audience. Si vous souhaitez refuser les cookies et les paramétrer, cliquer sur « En savoir plus »

Choisissez votre profil

  • Je suis un particulier
  • Je suis un entrepreneur
  • Je suis un institutionnel
Non, merci

13 JUI. 2016 Richard Dourthe interviewé dans Gestion de fortune

Retrouvez l'interview de Richard Dourthe dans Gestion de Fortune, le magazine de la gestion privée.

Richard Dourthe, ancien international de rugby et manager de clubs, a intégré la Banque Privée 1818 au poste de directeur Invest Sport. Il a désormais pour mission de créer du lien avec les entre­preneurs fortunés.

Richard Dourthe, 17 ans de carrière, une trentaine de sélections en équipe nationale et des postes de manager, vient de passer de la boue des terrains de rugby à l'atmosphère feutrée d'une banque privée.

Malgré sa carrure de rugbyman, il ne semble pas du tout à l'étroit dans son costume de directeur Invest Sport au sein de la direction gestion de fortune de la Banque Privée 1818, costume qu'il a endossé début 2016. Sous la direction d'Audrey Koenig, qui chapeaute la clientèle directe, gestion de fortune et gestion privée de la filiale de Natixis, il entame à 41 ans une deuxième vie non sans combativité. « J'ai change souvent de clubs, j'aime le challenge », nous dit-il avec son accent chaleureux du Sud-Ouest.

Pourtant, rien ne prédisposait cet ancien étudiant kiné à intégrer le monde de la banque privée. Mais les deux univers -le rugby et la finance- ont de plus en plus de connexions. C'est notamment Thomas Castaignède, ancien international de rugby lui aussi, devenu trader à Londres, puis agent Axa dans le Sud-Ouest depuis 2015 qui l'a introduit dans cet univers de la finance. Natixis étant un sponsor actif dans le milieu du rugby (Racing 92 Natixis Rugby Cup Equipe de France Olympique), le lien s'est rapidement noué.

Au sein du département gestion de fortune, sa mission n'est pas d'accompagner les sportifs de haut niveau. A part quelques personnalités dans le football, les sportifs professionnels, notamment les joueurs de rugby, sont rarement suivis par les départements gestion de fortune des banques. Ils restent (encore) cantonnés à la gestion de patrimoine.

Sa priorité est plutôt de toucher l'entrepreneuriat qui gravite autour de l'Ovalie. « Il y a des entrepreneurs fortunés derrière la plupart des grands clubs de rugby », explique-t-il, citant en exemple une demi-douzaine de clubs du Top 14 ou de Pro D2. Sa mission est de « créer du lien et de développer un flux d'affaires en capitalisant sur les relations qu'il entretient depuis de nombreuses années avec les entrepreneurs du monde du sport et des affaires en général » précise le communique annonçant sa nomination. En clair, son statut d'ancien joueur international constitue un sésame pour faciliter le contact auprès de personnes fortunées.

Un nouveau terrain de jeu

Son terrain de jeu a bien changé : c’est désormais celui des clubs d'affaires et des grands événements parisiens qu’il fréquente en semaine, avant d'aller se ressourcer tous les week-ends dans le Sud-ouest entre Dax et Bayonne. Il garde aussi un lien avec le rugby comme consultant pour Canal Plus.

Ne dites surtout pas à Richard Dourthe qu'il s'agit la d'un rôle de relation publique. Son ambition, c'est de devenir banquier privé. Un défi qu'il prend à bras-le-corps. « Pour l'instant, je ne m'expose pas techniquement. Je m'appuie sur les nombreux experts de la banque », dit-il. Et ça, il sait le faire puisque ce travail d'équipe est, selon lui, un des points communs de ces deux univers, la banque privée et le rugby.

Celui qui a offert de nombreux points à l'Equipe de France compte bien désormais récidiver dans la banque.

DSC1033.JPG