Afin de mieux vous servir et d’améliorer l’expérience utilisateur sur notre site, nous mesurons son audience grâce à une solution utilisant la technologie des cookies. Les données collectées permettent de fournir uniquement des données statistiques anonymes de fréquentation (le nombre de pages vues, le nombre de visites, leur fréquence de retour, ...). En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l’utilisation des cookies de mesure d’audience. Si vous souhaitez refuser les cookies et les paramétrer, cliquer sur « En savoir plus »

Choisissez votre profil

  • Je suis un particulier
  • Je suis un entrepreneur
  • Je suis un institutionnel
Non, merci

18 JAN. 2017 Prélèvement à la source : charges et travaux pour les revenus fonciers 2017 et 2018

Dans notre précédent article nous avions vu que l’année 2017 ne constituait pas une année blanche, mais qu’un Crédit d’Impôt de Modération du Recouvrement (CIMR) permettra en 2018 de gommer l’impôt correspondant aux revenus courants perçus en 2017 (dont les revenus fonciers).

Quel est le traitement des revenus fonciers pour le calcul du Crédit d’Impôt Modernisation du Recouvrement (CIMR) ?

Les propriétaires bailleurs pourraient être tentés de ne pas réaliser de travaux (dépense d’entretien, réparation, rénovation) sur leurs immeubles loués en 2017, préférant attendre 2018. En effet, les charges déductibles étant alors moindres, le CIMR serait plus élevé.

De même, certains pourraient être tentés de différer le paiement de certaines charges en 2018. Le législateur a donc prévu des mesures pour 2017, de manière à éviter d’une part, un signal négatif pour le bâtiment et d’autre part, une optimisation.

Concernant la détermination du revenu foncier

Le législateur prévoit une dérogation au principe selon lequel les revenus fonciers imposables sont déterminés en tenant compte des charges déductibles effectivement payées.

Les dettes échues en 2017 ne seront donc déductibles que pour la détermination du revenu foncier net imposable de l’année 2017 nonobstant leur date de paiement (taxe foncière, charges de copropriété, intérêts d’emprunt etc…).

Elles ne seront pas déductibles en 2018 (si le contribuable décidait d’en décaler le paiement en 2018).

Concernant les dépenses de travaux déductibles

Le législateur distingue les dépenses de travaux dont la décision, et donc la maîtrise, appartient au propriétaire de ceux qui font l’objet d’appels de provisions.

Nous nous attarderons ci-après aux règles régissant les travaux à l’initiative du propriétaire :

  • Les dépenses de travaux (charges d’entretien, réparation et rénovation) payées en 2017 seront intégralement déductibles en 2017.
  • Les dépenses de travaux (charges d’entretien, réparation et rénovation) payées en 2018 ne seront déductibles qu’à hauteur de 50% des travaux payés en 2017 et 2018.
  • En l’absence de travaux payés en 2018, le propriétaire pourra déduire 50% des travaux payés en 2017

Exemple :

Hypothèse 1 : pas de dépense de travaux payée en 2017 et 3 000€ de dépenses de travaux payées en 2018

=>les dépenses de travaux déductibles en 2018 seront de 1 500€ (soit 50% du total des dépenses des années 2017 et 2018).

Hypothèse 2 : si 10 000€ de travaux payés en 2017 et 5 000€ de dépenses de travaux payées en 2018

=>les dépenses de travaux déductibles en 2018 seront de 7 500€ (soit 50% du total des dépenses des années 2017 et 2018).

Hypothèse 3 : si 10 000€ de travaux payés en 2017 et pas de dépense en 2018

=> les dépenses de travaux déductibles en 2018 seront de 5 000€ (soit 50% du total des dépenses des années 2017 et 2018).

Enfin, il est important de préciser que ces règles de déductibilité ne s’appliquent pas aux travaux d’urgence, aux travaux décidés d’office par le syndic, ou travaux afférents aux monuments historiques ou aux immeubles acquis en 2018.

Article rédigé par le Pôle solutions patrimoniales de la Banque Privée 1818

__________________________________________________________

Pour relire nos précédents articles sur le prélèvement à la source :