28 AVR. 2016 La cybercriminalité : une menace pour les banques et leurs clients

Aurélie Michaud, Responsable de la sécurité des systèmes d’information de la Banque Privée 1818, rappelle les règles de prudences pour lutter contre la fraude sur internet.

Quelle menace représente aujourd’hui la cyber-délinquance pour le client d’une banque ?

Les cyber-délinquants mettent en œuvre des technologies de plus en plus sophistiquées pour récupérer les mots de passe et les données personnelles des clients de banques, avec l’objectif d’usurper leur identité pour effectuer des opérations à leur propre bénéfice, ou pour vendre les données sur internet. Dans les deux cas, le préjudice pour la personne concernée peut être très important. Il faut bien comprendre qu’on ne parle pas ici de hackers individuels, mais de véritables réseaux criminels qui opèrent à l’échelle internationale.

Qui sont les principales cibles de ces réseaux ?

Les banques sont évidemment des cibles idéales en raison des mouvements financiers inhérents à leur activité. Mais dernièrement, les services comptables des entreprises ont également été dans le viseur des cybercriminels, du fait de la mise en place de nouvelles normes.

Quelles sont les mesures prises par la Banque Privée 1818 pour protéger ses clients ?

Nous avons renforcé nos contrôles et suivons de manière spécifique les opérations à risque, en appelant par exemple nos clients pour vérifier qu’ils sont bien à l’origine de la demande. Et, bien-sûr, nous avons sensibilisé les banquiers privés aux risques encourus par leurs clients.

Que peuvent faire les clients pour se protéger ?

Pour commencer, il faut qu’ils aient conscience que le risque concerne tout le monde. Il faut partir du principe qu’un email peut être lu par n’importe quel réseau criminel et, à l’inverse, ne jamais faire confiance à un interlocuteur qui vous demande vos coordonnées bancaires par email. De même, chacun doit choisir des mots de passe dédiés offrant un niveau de protection élevé pour l’accès à ses informations bancaires. Et ces mots de passe doivent être changés régulièrement. Enfin, il faut favoriser l’utilisation des protections supplémentaires comme la confirmation par sms proposée pour les webmails.

Achevé de rédiger le 09/11/14

Aller plus loin